Office québécois de la langue française

Le grand dictionnaire terminologique
Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte
Fiche terminologique

FICHE TERMINOLOGIQUE

Interrogation 
Envoyer la fiche par courriel Imprimer la fiche

sage-femme

Domaines

médecine > gynécologie et obstétrique

appellation de personne > appellation d'emploi

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2017

Définition

Personne qui, après avoir acquis la formation exigée pour avoir le droit d'exercer la profession, donne à une femme les soins et les services professionnels requis pendant la grossesse et l'accouchement.  

Notes

La sage-femme ou le sage-homme donne aussi des soins à la mère et à l'enfant durant les premières semaines postnatales.

Au Québec, les personnes habilitées à exercer la profession doivent obligatoirement appartenir à l'Ordre des sages-femmes du Québec.  

Termes jugés adéquats pour désigner le concept à l’intérieur d’un domaine spécialisé, conformes au système linguistique du français ou acceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Termes privilégiés

sage-femme   n. f.

sagefemme   n. f.

sage-homme   n. m.

sagehomme   n. m.

maïeuticien   n. m.

accoucheuse   n. f.

Belgique

accoucheur   n. m.

Belgique

Les hommes pouvant aussi exercer la profession de sage-femme, l'appellation fait l'objet d'un débat. Dans sage-femme, sage est un adjectif épithète qui est antéposé, conformément à ce que permettait la syntaxe auparavant (comme dans rouge-gorge ou basse-cour). La sage-femme est donc littéralement une femme sage, au sens de « qui sait, qui dispose d'un certain savoir ou savoir-faire » : elle a le savoir nécessaire pour assister les femmes pendant la grossesse et l'accouchement. Contrairement à ce qui a été avancé par certains, femme, dans sage-femme, ne désigne donc nullement celle qui accouche, et on peut donc s'attendre à ce qu'un homme qui exerce cette profession s'appelle sage-homme.

En France, l'Académie française a proposé maïeuticien comme équivalent masculin de sage-femme.

Le terme accoucheuse et sa variante masculine accoucheur sont utilisés en Belgique, en concurrence avec sage-femme pour la variante féminine.

Termes parfois utilisés pour désigner le concept, mais qui peuvent comporter certaines nuances de sens ou relever d’un registre de langue particulier, ou dont l’emploi est réservé à certaines situations de communication

Terme utilisé dans certains contextes

homme sage-femme   n. m.

La formation du masculin par l'ajout du mot homme à une appellation de personne, comme dans homme sage-femme, n'est pas retenue : il n'y a pas de symétrie entre la variante masculine et la variante féminine, qui n'est pas femme sage-femme. Il est toutefois possible, pour les appellations qui comportent déjà le mot homme, de remplacer ce dernier par femme (homme d'affaires, femme d'affaires). Il en va de même pour le passage du féminin au masculin (femme de ménage, homme de ménage).

Anglais

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2017

Terme

midwife